100% vrac & consigné. 0,80 € recrédités par contenant rendu. Livraison verte en 24h, gratuite dès 60 €.
5% offerts sur votre 1ère commande avec le code BIENVENUE

DurabL. Le vrac simple et cohérent. Livré chez vous.
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Liste de courses

Une forêt primaire en prévision au sein de l’Europe ?

La création d’une forêt primaire, un sujet tabou ? Chaque jour, nous essayons de faire un geste pour la planète. Tout commence par la prise de conscience. Elle fait partie d’un des premiers pas qui est, finalement, le pilier de tout ce qui suivra. Aujourd’hui, il est difficile d’ignorer ce qui se passe sur notre chère planète. En effet, un peu plus chaque jour, nous voyons des publicités et autres annonces sur le plastique, la pollution, les déchets, etc. Peu importe ce que nous faisons, la sensibilisation est partout. Mais quelles sont les actions entreprises ?

Déchets dans la nature

Ici, nous essayons de faire le plus de choses possibles pour lutter contre le plastique et ainsi contre les déchets, la pollution qu’il engendre, etc. Mais, un autre problème survient

et dépend de divers facteurs qui se basent sur l’opinion public ainsi que sur les enjeux économiques auxquels chacun de nous sommes liés. Cet autre problème est la déforestation. Tout le monde est concerné de manière directe ou indirecte. Que ce soit en terme d’économie, le bois représente un

pourcentage précieux pour certaines communes et entreprises, notamment liés aux emplois, ainsi qu’en terme de santé : l’oxygène et l’eau, etc. Nous nous en rendons pas toujours compte mais ces dernières sont indispensables pour la survie de l’être humain.

Il y a quelque temps, nous avons entendu parler d’un projet proposé par un botaniste français : la création d’une forêt primaire. Ce projet a été proposé par Francis Hallé durant un sommet de l’ONU, en Septembre 2019. M. Hallé a décidé de présenter son projet qu’il ne peut considérer comme un projet français mais bien européen. En effet, ce projet de forêt primaire serait transfrontalier.

Qu’est-ce qu’un forêt primaire ?

forêt verte dans la brume

Pour faire simple, une forêt primaire est une forêt qui n’est pas exploitée, défrichée ou encore modifiée. C’est une forêt autonome qui se développe et se renouvelle sans aucune aide. Grâce à la non-intervention de l’humain celle-ci peut abriter de nombreuses espèces qu’elles soient végétales ou animalières. Chaque forêt primaire est identique en terme de forme, de lumière, de sons ou encore d’odeur. Pourtant, selon sur quel continent elle se trouve, la vie qu’elle contient est différente au niveau des animaux ou des végétaux. De plus, ce qui est intéressant, c’est que les espèces rares sont “abondantes” dans les forêts primaires. A contrario des espèces communes qui sont, elles rares dans ces dernières car elles sont davantage dans les forêts secondaires !

Pourquoi vouloir créer une forêt primaire ?

Ce n’est pas un secret, la forêt amazonienne constitue un des poumons essentiels de la Terre. Celle-ci est l’une des dernières forêts primaires dans le monde pourtant et elle est sauvagement exploitée. Aujourd’hui, il reste très peu de forêts primaires. Il est possible d’en trouver au Congo, en Indonésie, en Nouvelle-Zélande ou encore en Pologne. Cependant, elles sont grandement menacées aussi. La création de ce genre de forêt en Europe n’est pas un hasard. Cela s’explique par le fait que depuis 1850, l’Europe a épuisé chacune de ses forêts. Même s’il reste la forêt de Bialowieza, celle-ci est en danger. Ainsi en créer une, permettrait de redonner un “second souffle” au continent européen tout en permettant la sauvegarde de certaines espèces tel que le bison.

Par ailleurs, la faune et la flore qu’abrite ces forêts sont essentielles voire vitales pour nous en tant qu’être humain. Si nous nous penchons un peu plus sur ce sujet, il est intéressant de noter à quel point il est urgent d’entretenir chaque espace vert rien que pour notre santé et surtout survie !

Quels sont les enjeux de cette forêt primaire ?

Forêt touchée par la déforestation

Créer une forêt primaire suppose de répondre à plusieurs problématiques. Tout d’abord, il y a le lieu. Comme l’affirme Francis Hallé, il faut trouver un endroit où il existe déjà une forêt. L’idée est de créer une forêt de 70.000 hectares pour assurer une biodiversité riche et être un réel poumon vert. La recherche de l’emplacement fait débat car la forêt sera transfrontalière et donc suppose l’accord des deux pays concernés. Différents endroits ont déjà été repérés tels que la forêt jurassienne, les Vosges et le Palatinat ainsi que le Risoux. Mais il y a d’autres enjeux qui surviennent ensuite. Les forêts sont surveillées et appartiennent toujours à quelqu’un. Que ce soit à l’état, à un organisme, à une figure privée, etc.

Puis, la question de la taille et le temps de croissance d’une forêt primaire apparaît. En effet, bien que cela ait été souligné à maintes reprise, la forêt pourra être visitée à conditions d’une surveillance stricte. Car il est nécessaire voire obligatoire qu’aucun humain interfère le développement de celle-ci. Aucun braconnage, ni balade sans surveillance ni de prélèvement de végétaux seront autorisés, ce qui nécessite une surveillance accrue. Mais la superficie qu’elle représentera rajoute un doute supplémentaire. De plus, son développement se comptant en siècle, la forêt prendrait entre 8 et 10 siècles avant de finir sa croissance. Ce projet révèle ainsi un problème nouveau problème mais qui découle de notre société : nous sommes court-termistes !

Il faudrait que tout se passe pour demain or, ce projet est réfléchi pour après-demain. Ces enjeux remettent donc en question la mise en place de ce projet. Bien qu’il serait un grand pas pour l’environnement, les chiffres et les actions à mettre en place créent un doute supplémentaire.

Un “sacrifice” essentiel pour après-demain

Ce qu’il faut voir dans ce projet, ce sont les bénéfices qui engendrera ! Au-delà du temps de croissance de la forêt primaire, il faut se pencher sur les bénéfices qui sont nombreux. Dans un premier temps, il y a la possibilité de réellement lutter contre le changement climatique grâce à l’absorption du CO2 par les arbres et donc la protection de l’être humain au niveau de la santé. Dans un deuxième temps, la reconstruction d’une biodiversité importante, assurer une certaine abondance des ressources hydriques ainsi que de pouvoir promettre leurs qualités. Et enfin, la possibilité d’encourager le développement des recherches, du territoire, de la citoyenneté, des pratiques artistiques grâce à la future possibilité de visiter cette forêt. Comme le précise M. Hallé.

Ainsi ce projet offrira de nombreuses possibilités pour différents secteurs d’activités. C’est aussi un moyen d’enfin agir et d’appliquer les remarques occidentales faites aux brésilien suite à la situation de la forêt amazonienne.

Quelques chiffres en plus pour les curieux

Aujourd’hui, d’après l’UNEP, il y a près de 15 millions d’hectares de forêt qui ont été déboisés. Pour vous donner une image, cela représente la superficie de l’Angleterre. Il y a notamment 80% des forêts primaires qui ont été abattues au cours du XXe siècle.

Il est possible de réduire le temps de croissance d’une forêt primaire de 200 ans, à condition qu’elle soit située en altitude. Ce qui en Europe demanderait 8 siècles au lieu de 10 pour atteindre le développement total de la forêt.